La Russie et l'Ukraine échouent à trouver un terrain d'entente sur le gaz


MOSCOU - La Russie et l'Ukraine ont échoué lundi à trouver un terrain d'entente lors de négociations de haut niveau sur leur conflit gazier, qui fait ressurgir les craintes de rupture des approvisionnements vers l'Europe.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Kostiantyn Grychtchenko a rejeté catégoriquement l'idée que son pays devienne un membre de l'Union douanière formée par la Russie, le Bélarus et le Kazakhstan comme le propose Moscou, afin d'obtenir une baisse du prix du gaz acheté à la Russie.

Malheureusement, aujourd'hui, il n'y a pas de véritable opportunité pour devenir membre à part entière de l'Union douanière, a déclaré M. Grychtchenko lors d'une conférence de presse, à l'issue de pourparlers à Moscou avec son homologue russe Sergueï Lavrov.

Ce dernier a pour sa part insisté sur le fait que Moscou espérait que Kiev respecte ses obligations, alors que l'Ukraine a menacé de rompre un contrat gazier signé en 2009.

Nous agissons selon le principe universellement reconnu de respect des obligations internationales, incluant les contrats et les accords inter-gouvernementaux, a dit M. Lavrov.

La tension ne cesse de monter entre les deux pays, l'Ukraine tentant depuis des mois de renégocier à la baisse le prix du gaz acheté à la Russie, actuellement à presque 400 dollars les 1.000 mètres cubes, selon Kiev.

Le Kremlin se dit prêt à baisser le prix à condition que Kiev accepte d'entrer dans l'Union douanière formée par la Russie, le Bélarus et le Kazakhstan, et de fusionner son entreprise énergétique Naftogaz avec le groupe russe Gazprom. Kiev a maintes fois rejeté cette proposition.

Des conflits sur le prix du gaz russe payé par les Ukrainiens ont, par le passé, entraîné plusieurs crises qui ont conduit au blocage des approvisionnements européens.

(©AFP / 05 septembre 2011 12h16)