La Russie n'a pas tourné le dos au gaz de schiste, selon Poutine


MOSCOU - Le président russe Vladimir Poutine a assuré jeudi que la Russie n'avait pas tourné le dos au gaz de schiste, face auquel Gazprom s'est toujours montré sceptique, tout en reconnaissant que cette ressource présentait de nombreux désavantages.

Nous n'avons pas tourné le dos au gaz de schiste, a déclaré le chef de l'Etat lors d'une émission de questions-réponses avec la population à la télévision.

Les experts internationaux estiment que la Russie offre d'importantes perspectives en termes de gaz de schiste. (...) Il faut suivre la question, a-t-il estimé.

Le groupe gazier public Gazprom ne cesse de répéter qu'il ne croit pas au potentiel de cette ressource. Il a plusieurs fois qualifié le développement du gaz de schiste en Amérique du Nord de bulle.

Est-ce que Gazprom a laissé passer la révolution du gaz de schiste ou pas? Nous n'avons pas la réponse, a dit Vladimir Poutine, interpellé sur la question.

Le président russe a souligné les problèmes que posent cette ressource: des coûts d'extraction bien plus élevés que pour les gisements traditionnels et des conséquences énormes pour l'environnement.

Par ailleurs, nous avons assez de gaz et nous ne savons déjà pas quoi faire de ce que nous avons, a relevé le chef de l'Etat.

Gazprom est actuellement confronté à une baisse de la consommation en Europe et en Russie. Face à ce phénomène, il cherche à s'orienter vers le marché asiatique mais selon certains experts il risque de se faire doubler dans cette zone par les Etats-Unis, dont la production a explosé grâce au développement rapide de l'extraction du gaz de schiste.

(©AFP / 25 avril 2013 15h46)