Le maire Modem d'Hérouville, près de Caen, interdit une antenne relais


CAEN - Le maire d'Hérouville Saint-Clair, Rodolphe Thomas (Mouvement des Démocrates), a pris mardi un arrêté contre l'installation d'une nouvelle antenne relais téléphonique dans sa commune, a indiqué mercredi cette ville de la banlieue de Caen.

Pour justifier son opposition face à Bouygues Télécom, le maire s'appuie sur le principe de précaution inscrit dans l'article 5 de la Charte de l'environnement contenue dans la Constitution, précise dans un communiqué la mairie de cette ville nouvelle de 24.000 habitants.

Selon des mesures réalisées par un organisme indépendant, des antennes relais situées sur la commune dépassent le taux d'émission de 0,6 volts par mètre, qui est pourtant le seuil maximal d'exposition du public préconisé par un grand nombre de médecins et de scientifiques, argumente la mairie.

La ville avait demandé des mesures d'ondes électromagnétiques au Centre de Recherche et d'Information indépendantes sur les Rayonnements électromagnétiques. Elle compte 60 antennes relais réparties sur neuf points hauts, a précisé une porte-parole de la commune.

Le maire rappelle en outre qu'un groupe d'experts réunis par le Centre international de recherche sur le cancer, qui fait partie de l'Organisation mondiale de la Santé, a classé comme cancérogènes possibles les champs électromagnétiques comme ceux de la téléphonie mobile.

En novembre 2009, la ville d'Hérouville Saint-Clair avait voté un moratoire sur l'installation de nouvelles antennes relais de téléphonie mobile et, par principe de précaution, elle avait décidé de supprimer l'ensemble des équipements wi-fi - internet sans fil - installés dans ses écoles.

(©AFP / 15 juin 2011 18h10)

News les plus lues