Le patron de Total jugera le gouvernement aux actes mais est prêt à se faire entendre


Jouy-en-Josas (Yvelines) - Le patron de Total a déclaré qu'il jugerait le gouvernement aux actes mais n'hésiterait pas à se faire entendre si la politique suivie allait à l'encontre des intérêts de son groupe, dans un discours vendredi à l'université d'été du Medef.

Je fais partie de ceux qui ont été reçus par le président et c'est une bonne chose (...) Il faut s'expliquer, au moins dans un premier temps, a déclaré Christophe de Margerie alors que dix ministres ont été dépêchés au rendez-vous de rentrée du patronat pour le rassurer sur ses intentions de dialogue.

Ensuite, si on n'est pas entendus et que ça va au détriment de nos sociétés, et pas que de Total, alors je peux vous assurer que là aussi, vous allez m'entendre, a-t-il martelé.

Il faut respecter les gens, respecter la démocratie, respecter le gouvernement et le Président, et ensuite on jugera aux actes, parce que c'est pour ça que nous sommes, en tout cas pour moi, grassement payés !, a-t-il conclu.

M. de Margerie, dont le groupe a annoncé qu'il baisserait ses tarifs à la pompe en France de 5 à 6 centimes par litre dont 2 à 3 centimes à sa charge, a aussi estimé vendredi qu'il avait fait ce qu'il fallait.

On peut toujours faire mieux, mais c'est quand même mieux que de ne rien faire, a-t-il poursuivi, dénonçant une volonté des uns et des autres de vouloir pousser les grandes surfaces contre les pétroliers. On en a marre, a-t-il ajouté.

TOTAL

(©AFP / 31 août 2012 14h31)