Le pétrole en hausse, porté par un nouvel espoir d'accord aux Etats-Unis


NEW YORK - Les cours du pétrole coté à New York ont fini en hausse mercredi, portés par l'espoir d'un accord imminent à Washington pour éviter juste à temps d'atteindre le plafond de la dette américaine.

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en novembre a clôturé en hausse de 1,08 dollar sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), à 102,29 dollars.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a clôturé à 110,86 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 90 cents par rapport à la clôture de mardi.

Les marchés du pétrole sont légèrement en hausse dans le sillage du rebond des actions américaines, grâce à la dernière vague d'optimisme sur la capacité du Congrès à conclure un accord de dernière minute pour éviter un potentiel défaut de paiement, notait Tim Evans, de la banque Citi.

Le pétrole avait ouvert en baisse, en raison de la nervosité des marchés sur ce sujet, mais la tendance s'est inversée quand le Sénat a annoncé avoir trouvé un accord en milieu de séance, remarquait Phil Flynn, de Price futures Group.

Plusieurs élus américains ont indiqué qu'ils espéraient une adoption définitive de la loi relevant le plafond de la dette et rouvrant l'Etat fédéral américain, négociée par des sénateurs, mercredi soir.

Selon Tim Evans, la conclusion de cet accord pourrait provoquer, du fait du soulagement pour les investisseurs, une hausse un peu plus marquée du prix du baril dans la foulée. Mais il faut garder à l'esprit que la fermeture partielle des services publics (depuis le 1er octobre, ndlr) et l'incertitude ont été un poids pour la croissance du quatrième trimestre, affirmait-il.

Les observateurs estiment en effet que la demande s'en est trouvée pénalisée, ce qui maintient les prix sous pression.

Les perspectives sur la demande américaine sont sombres, notait Carl Larry, de Oil Outlooks and Opinion, pointant aussi un ralentissement de la croissance des Etats-Unis, premier consommateur de pétrole au monde.

Selon lui, les négociations qui ont eu lieu à Genève avec l'Iran, faisant entrevoir une solution à la question du programme nucléaire iranien controversé, passaient donc au second plan.

L'Iran et le groupe des 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine, Allemagne) ont achevé mercredi deux jours de discussions sur le programme nucléaire de Téhéran, qui a présenté une proposition qualifiée d'importante.

L'Iran, soupçonné de développer du nucléaire à visée militaire, aurait notamment accepté, à terme, des inspections surprises de ses sites nucléaires.

Une nouvelle réunion est prévue à Genève dans quelques semaines, a annoncé mercredi le ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

(©AFP / 16 octobre 2013 21h14)