Le pétrole finit en hausse à New York, dopé par de bons chiffres américains


NEW YORK - Les prix du pétrole ont fini en nette hausse mardi à New York, soutenus par un regain d'appétit des investisseurs à l'issue d'un week-end prolongé et par une salve d'indicateurs américains encourageants.

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet s'est apprécié de 86 cents à 95,01 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour même échéance a fini en plus nette hausse encore, à 104,23 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), soit 1,61 dollar de plus qu'à la clôture électronique de lundi.

Après les doutes de la semaine passée, les opérateurs (ont été) gagnés par une humeur acheteuse, a ainsi noté Matt Smith, de Schneider Electric.

Les cours, déjà en hausse en cours d'échanges électroniques, dans le sillage de la bonne performance des places financières mondiales, ont accéléré leur avance après la sortie de bonnes statistiques aux Etats-Unis, de bon augure pour la demande du premier consommateur mondial d'or noir.

Les niveaux de la confiance des ménages américains qui ont retrouvé (en mai) des seuils plus vus depuis avant la crise financière (...) sont une nouvelle de grande importance pour le marché de l'or noir, en laissant anticiper une demande accrue de brut aux Etats-Unis, a commenté Bart Melek, de TD Securities.

D'autre part, les opérateurs ont applaudi un autre signe d'embellie dans le pays, sur le marché de l'immobilier cette fois, avec l'annonce d'une nouvelle progression des prix des logements en mars dans le pays, pour le quatorzième mois consécutif.

Ces données sont vraiment encourageantes pour les opérateurs, qui se sentent naturellement mieux quand les perspectives économiques montrent de nets signes d'amélioration, a commenté Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Du côté de l'offre, les courtiers restaient sur leurs gardes à quelques jours d'une réunion vendredi à Vienne de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) même si l'on n'anticipe guère de grandes annonces, a souligné M. Melek.

L'Opep devrait maintenir son plafond de production, fixé à 30 millions de barils par jour (mbj) fin 2011, les prix du pétrole s'étant stabilisés à des niveaux élevés après leur récente correction.

Le ministre de l'Énergie des Émirats arabes unis, Suhail al-Mazroui avait jugé la semaine dernière, conformément à la ligne saoudienne, que le niveau actuel des cours était convenable et équitable.

Le ministre saoudien du pétrole Ali al-Nouaïmi a quant à lui déclaré à son arrivée mardi à Vienne que le marché était bien approvisionné et était dans un environnement idéal, selon l'agence Dow Jones Newswires.

Le cartel, fondé en 1960, assure environ 35% de la production mondiale d'or noir.

(©AFP / 28 mai 2013 21h52)