Les Palestiniens vont donner du temps au Conseil de sécurité


NEW YORK - Les Palestiniens vont donner du temps au Conseil de sécurité pour statuer sur leur demande d'admission à l'ONU d'un Etat de Palestine avant d'explorer d'autres voies, comme se tourner vers l'Assemblée générale, a déclaré mercredi le négociateur palestinien Nabil Chaath.

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a estimé pour sa part qu'un vote au Conseil de sécurité n'interviendrait probablement pas avant plusieurs semaines, ajoutant que ce délai pourrait être mis à profit pour développer une stratégie.

Le président (palestinien Mahmoud) Abbas repartira très probablement en Palestine après son discours vendredi à l'Assemblée générale, qui doit coïncider avec le dépôt de la demande d'adhésion, a indiqué M. Chaath à la presse à l'ONU.

Une éventuelle demande à l'Assemblée générale pour obtenir un statut amélioré d'Etat observateur non membre, comme l'a proposé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, n'interviendrait qu'ensuite, a-t-il expliqué.

Le président (Mahmoud) Abbas veut que personne ne nous soupçonne de manquer de sérieux si nous nous adressons aux deux instances en même temps. Il donnera donc du temps au Conseil de sécurité pour examiner notre demande d'admission à part entière, avant d'aller à l'Assemblée générale, a ajouté le responsable palestinien.

Si nous échouons, nous continuerons à frapper à la porte du Conseil de sécurité plus tard. Mais quand irons-nous à l'Assemblée générale? C'est une décision qui n'a pas encore été prise. Nous irons très probablement, a-t-il précisé.

Si à un certain moment, qui n'a pas été décidé, nous considérons qu'il y a eu un délai injustifié, nous irons à l'Assemblée générale (...) S'il n'y a pas de décision ou un veto, nous irons à l'Assemblée générale, a poursuivi M. Chaath.

M. Abbas présentera la demande et rentrera pour réunir sa direction et décider quand aller à l'Assemblée générale et sur quelle base exactement, a-t-il dit.

M. Abbas doit rencontrer mercredi en fin d'après-midi le président américain Barack Obama, qui s'efforce de dissuader les Palestiniens de déposer leur demande d'adhésion, à laquelle son administration a prévenu qu'elle opposerait son veto si nécessaire.

M. Chaath a indiqué que le président palestinien réitèrerait à cette occasion sa détermination à engager les procédures pour adhérer aux Nations unies.

M. Sarkozy a proposé mercredi que la Palestine accède au statut intermédiaire d'Etat observateur à l'ONU, parallèlement à des négociations israélo-palestiniennes pour parvenir à un accord de paix définitif d'ici un an.

M. Obama a pour sa part récusé toute alternative aux négociations de paix, dans l'impasse depuis plus d'un an, déclarant qu'il ne concevait pas de raccourci pour résoudre le conflit israélo-palestinien.

(©AFP / 21 septembre 2011 22h35)