Libye: l'UA se dit encouragée après avoir rencontré les belligérants


ADDIS ABEBA - L'Union africaine a qualifié de début encourageant ses rencontres lundi avec des représentants des deux camps belligérants en Libye, à son siège à Addis Abeba, pour tenter d'avancer vers un cessez-le-feu dans ce pays.

Le président de la Commission de l'UA Jean Ping et le comité ministériel ad hoc de l'UA sur la Libye ont rencontré lundi en fin de journée tour à tour une délégation du gouvernement libyen puis une délégation des rebelles du Conseil national de la transition (CNT), qui faisait pour la première fois le déplacement à Addis Abeba.

La présence pour la première fois (à Addis Abeba) de membres du Conseil national est un début encourageant pour qu'on continue le dialogue et pour qu'on arrive à un cessez-le-feu en Libye, a commenté le porte-parole de M. Ping, Noureddine Mezni, interrogé par l'AFP.

Les représentants du CNT n'ont cependant pas a priori changé leur position, qui consiste à faire du départ du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi et de ses fils un préalable à toute solution négociée au conflit, a-t-on appris auprès des participants à la réunion.

Cette attitude ne facilite rien. Ils (les rebelles) n'aident pas (à trouver) une solution politique, a critiqué devant la presse le représentant du gouvernement libyen, le ministre des Affaires étrangères Abdelati Obeidi.

Le gouvernement libyen a de son côté accepté depuis fin mars une feuille de route de l'UA qui prévoit un cessez-le-feu immédiat, un acheminement de l'aide humanitaire et le lancement d'un dialogue en vue d'une transition, mais pas le départ immédiat du colonel Kadhafi, au pouvoir depuis plus de 40 ans et confronté depuis mi-février à une rébellion.

Les rebelles avaient rejeté cette proposition de cessez-le-feu, lors d'une visite en Libye, plus tôt ce mois ci, d'une délégation de présidents africains mandatés par l'UA.

Les rebelles libyens ont accueilli avec méfiance la médiation de l'UA, en soulignant les liens étroits et anciens qui unissent cette organisation au colonel Kadhafi. M. Mezni a cependant estimé que la position (de l'UA) était mieux comprise désormais par le CNT.

Le plan de paix de l'UA est à l'étude, a commenté pour sa part le représentant du CNT, Abdallah Alzuberi, ancien ambassadeur de Libye en Afrique du Sud passé dans le camp de la rebellion. Nous avons eu une très bonne réunion (avec l'UA) et nous avons répondu à leurs questions, a-t-il ajouté.

Les deux délégations libyennes, qui n'ont pas engagé de dialogue direct entre elles, seront reçues à nouveau par la médiation de l'UA mardi après-midi.

Les ministres membres du Conseil de paix et de sécurité de l'UA se seront au préalable réunis mardi matin pour faire le tour des conflits en Afrique, à commencer par celui en Libye.

(©AFP / 25 avril 2011 20h28)