Libye: les forces loyales à Kadhafi ont repris Bir al-Ghanam


TRIPOLI - Les forces loyales au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi ont repris aux rebelles, Bir al-Ghanam, verrou stratégique à 80 km au sud-ouest de Tripoli, a annoncé dimanche le Premier ministre libyen Baghdadi Mahmoudi, lors d'une conférence de presse à Tripoli.

La vie a repris normalement dans le village de Bir al-Ghanam qui est aujourd'hui sous contrôle total du régime, a-t-il déclaré, après avoir reconnu que la localité était passée samedi sous le contrôle de la rébellion, soutenue par les opérations aériennes de l'Otan.

Les rebelles du Djebel Nefoussa, positionnés depuis plusieurs semaines à Bir Ayad, à 30 km au sud de Bir al-Ghanam, avaient lancé une offensive samedi vers 08H00 (06H00 GMT) en direction de cette ville de garnison, selon un correspondant de l'AFP.

Il n'était pas entré dans Bir al-Ghanam, mais avait constaté que le bruit des combats avait cessé. Plusieurs commandants rebelles lui avaient également indiqué que le village était passé sous leur contrôle.

Le Premier ministre a dénoncé par ailleurs une intensification des raids de l'Otan à Tripoli et dans plusieurs villes du pays, affirmant que l'Alliance atlantique, ne faisait plus la distinction entre sites civils et militaires.

Il a critiqué par ailleurs le Conseil national de transition (CNT, opposition) et la situation sécuritaire à l'est du pays, contrôlé par les rebelles, notamment après le meurtre du général Abdel Fattah Younès, ancien responsable du régime ayant rallié l'opposition.

Selon lui, le pouvoir de décision et les forces réelles sur le terrain sont aux mains de groupes islamistes extrémistes.

M. Mahmoudi a indiqué par ailleurs que la plupart des membres du CNT ont quitté le pays. Je défie le CNT de se réunir une seule fois au cours du mois de ramadan, a-t-il dit.

Depuis près de six mois, la Libye est en proie à un mouvement de contestation qui s'est transformé en conflit armé. La ligne de front à l'Ouest se trouve aux environs de Bir al-Ghanam dans le Djebel Nefoussa, dont les habitants se sont soulevés dès février contre le régime du colonel Kadhafi, en même temps que dans l'Est du pays.

(©AFP / 07 août 2011 15h42)