Mea culpa de Fleur Pellerin sur les peurs irrationnelles liées aux ondes


PARIS - La ministre de l'Economie numérique Fleur Pellerin a estimé jeudi qu'elle n'aurait pas dû parler de peurs irrationnelles au sujet des questions liées à une éventuelle nocivité des ondes électromagnétiques, reconnaissant une inquiétude de nos concitoyens à ce sujet.

Jai parlé de peurs irrationnelles, à la limite cest vrai que cest peut-être un terme que je naurais pas dû employer, a dit la ministre sur Canal+.

Prononcée la semaine dernière à la veille de l'examen à l'Assemblée d'une proposition de loi d'Europe Ecologie-Les Verts visant à réduire l'exposition aux ondes, sa remarque avait irrité les députés écologistes et les associations.

Cest vrai que ça correspond à une inquiétude de nos concitoyens. Une inquiétude de nos concitoyens, ça mérite quon sy attarde et quon en débatte, a ajouté Mme Pellerin en guise de mea culpa.

La proposition de loi écologiste n'avait finalement pas été débattue sur le fond et renvoyée en commission, une procédure rare revenant, aux yeux des députés écologistes, à un enterrement de première classe du texte.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé en mai 2011 les ondes électromagnétiques, notamment émises par les mobiles, les antennes-relais ou les boîtiers Wi-Fi, comme potentiellement cancérigènes. Mais les opérateurs de téléphonie mobile s'appuient sur le dernier avis en date de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), remontant à 2009, pour écarter tout danger. L'Anses doit rendre un nouvel avis d'ici fin juin.

(©AFP / 07 février 2013 17h22)