Nom d'un auteur antisémite pour une rue à Budapest, la fédération juive choquée


BUDAPEST - La principale organisation juive de Hongrie et le Congrès juif mondial ont protesté jeudi contre une décision choquante de baptiser une rue de Budapest du nom d'un auteur ouvertement antisémite, poussant le maire de la ville à ordonner une révision.

Nous demandons au maire Istvan Tarlos d'annuler la décision du conseil municipal de mercredi de donner à une rue le nom de Cécile Tormay, a déclaré la Fédération des communautés juives de Hongrie dans un communiqué à l'agence gouvernementale MTI.

La décision remet en question l'assurance donnée à la communauté juive selon laquelle l'antisémitisme sera combattu vigoureusement par les autorités hongroises, a renchéri le président du Congrès juif mondial (WJC) Ronald Lauder dans un communiqué diffusé à New York.

Suite aux protestations, le maire de Budapest, sans étiquette mais proche du parti conservateur au pouvoir Fidesz, a déclaré à l'agence MTI avoir demandé une révision et un nouveau débat sur le sujet. Il a par ailleurs demandé à l'Académie des sciences hongroise sa position officielle sur Cécile Tormay.

Cécile Tormay, décédée à l'âge de 75 ans en 1937, était une romancière populaire et auteur de plusieurs nouvelles dans la période de l'entre-deux-guerres.

Dans son journal Le livre proscrit, elle a décrit la déchéance de son pays, privé d'une grande partie de son territoire après le Traité de Trianon en 1920, et lancé un violent réquisitoire contre ceux qu'elle tenait pour responsables, en particulier les juifs. Elle est connue aussi pour s'être vantée d'être fasciste auprès de Benito Mussolini.

Elle exprimait ouvertement ses positions antisémites, a estimé la Fédération, affirmant qu'elle était aussi l'auteur préférée de Miklos Horthy, régent de la Hongrie et allié de l'Allemagne nazie d'Adolf Hitler.

La Fédération juge d'autant plus choquante cette décision de baptiser ainsi ce tronçon de rue du 2e arrondissement -jusqu'ici sans nom- qu'elle a été prise le jour du 75me anniversaire de l'entrée en vigueur de plusieurs lois anti-juives en Hongrie.

Dès 1938, Miklos Horthy avait adopté une série de lois réduisant le nombre de juifs que les entreprises ou les institutions étaient autorisées à employer.

Environ 600.000 Juifs de Hongrie, sur une communauté de 800.000, sont morts pendant l'holocauste.

Début mai, le Congrès juif mondial (WJC) avait tenu son assemblée générale à Budapest en solidarité avec les quelque 100.000 juifs du pays.

Depuis l'arrivée au pouvoir du Premier ministre Viktor Orban, les incidents -attaques, le plus souvent verbales, dégradations de monuments à la mémoire des victimes de l'Holocauste, remarques antisémites au Parlement, distinctions pour des antisémites notoires- se sont multipliés.

Viktor Orban avait déclaré à l'assemblée du WJC que l'antisémitisme était +inacceptable et intolérable+ et que l'histoire a appris aux Hongrois que l'antisémitisme doit être reconnu à temps, a rappelé M. Lauder, l'appelant à convaincre le maire de revenir sur le choix du nom de la rue.

(©AFP / 30 mai 2013 17h15)