Nucléaire: Israël demande aux négociateurs d'être fermes avec l'Iran


JERUSALEM - Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a appelé dimanche à la fermeté le groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), qui doit reprendre la semaine prochaine les discussions avec l'Iran sur son programme nucléaire.

Si les 5+1 fixent un seuil plus bas, en demandant seulement d'arrêter d'enrichir à 20% par exemple, cela signifie que les Iraniens auront gagné à bas prix le droit de continuer leurs programmes militaires, un peu plus lentement mais sans sanctions, a affirmé M. Barak dimanche sur CNN.

Ce serait un changement total de direction, pour le pire, a-t-il insisté.

S'exprimant dimanche devant la presse après une rencontre à Jérusalem avec son homologue italien Mario Monti, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé l'Iran de mettre ces négociations à profit pour gagner du temps, ajoutant qu'Israël entend suivre ces pourparlers.

En mars, M. Netanyahu avait posé trois conditions à l'Iran pour un règlement pacifique de la crise: démantèlement du site souterrain de Qom, arrêt de l'enrichissement d'uranium et retrait de tout matériau enrichi.

Selon le New York Times, les Etats-Unis et leurs alliés européens prévoient de réclamer la même chose.

M. Obama et ses alliés misent sur le fait que les sanctions et la menace d'une action militaire israélienne vont renforcer les arguments de ces Iraniens pour qui une installation négociée est préférable à l'isolement, écrivait le quotidien samedi.

Israël, qui considère les ambitions nucléaires iraniennes comme une menace existentielle, souffle le chaud et le froid sur l'éventualité de frappes contre les installations nucléaires iraniennes.

Les discussions entre l'Iran et les puissances du groupe 5+1, dont les dernières remontent à janvier 2011, doivent reprendre les 13 et 14 avril, mais le lieu n'a pas encore été déterminé.

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont imposé des sanctions pétrolières à l'Iran, soupçonné malgré ses démentis de vouloir se doter de l'arme atomique.

Le président américain Barack Obama a cependant récemment transmis un message au Guide suprême iranien Ali Khamenei, assurant qu'en échange de certaines assurances, Washington accepterait que Téhéran poursuive un programme nucléaire civil, a affirmé vendredi le Washington Post.

(©AFP / 08 avril 2012 18h50)