Nucléaire tchèque : aval du ministère de l'Environnement à l'extension de Temelin


PRAGUE - Le ministère tchèque de l'Environnement a annoncé vendredi avoir donné son feu vert au projet de construction de deux réacteurs supplémentaires de la centrale nucléaire de Temelin, dans le sud-ouest de la République tchèque, à 60 km de la frontière autrichienne.

Le ministère de l'Environnement a donné son aval en ce qui concerne l'impact du projet sur l'environnement, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le projet de construction de ces nouveaux réacteurs s'inscrit dans le plan du gouvernement tchèque d'augmenter dans les décennies à venir la part du nucléaire dans la production de l'électricité à 50-55%, comparé à un tiers actuellement.

Les deux nouvelles tranches de Temelin, centrale aujourd'hui dotée de deux réacteurs de conception russe VVER à eau pressurisée d'une puissance de 1.000 mégawatts chacun, doivent être opérationnelles vers 2025.

Dans le même temps, le ministère de l'Environnement a fixé non moins de 90 conditions qui doivent être respectées pour que la protection de l'environnement et de la santé publique soit assurée.

Les conditions clés sont celles concernant la sûreté nucléaire, la protection des eaux et la protection de l'atmosphère, précise le communiqué.

Le compagnie d'électricité CEZ qui gère les deux centrales nucléaires tchèques, celles de Temelin et de Dukovany (sud-est), va se plier à ces conditions, a assuré vendredi sa porte-parole, Barbora Pulpanova.

Le ministère a annoncé avoir eu quelque 60.000 remarques et suggestions de la part du public et d'organisations non-gouvernementales, dont celles d'Allemagne et d'Autriche voisines.

Dans la plupart des cas, ces remarques faisaient état de craintes liées à l'utilisation de l'énergie nucléaire, a-t-il admis.

C'est notamment l'Autriche, pays dénucléarisé depuis 1978, qui voit d'un mauvais oeil cette centrale nucléaire tchèque, dont la construction avait débuté sous le régime communiste, tombé en 1989.

La compagnie américaine Westinghouse (contrôlée par le groupe japonais Toshiba) et le consortium formé par les sociétés russes Atomstroïexport et Gidropress avec le Tchèque Skoda JS (contrôlé par le russe OMZ) sont en compétition pour l'extension de Temelin. La valeur de la commande est évaluée à entre huit et 12 milliards d'euros.

Le groupe public français Areva a été, quant à lui, éliminé de l'appel d'offres par le groupe d'électricité tchèque CEZ. Areva conteste cette décision.

Le vainqueur de l'appel d'offres doit être connu courant 2013.

La centrale de Temelin a produit l'an dernier 15,302 milliards de kWh d'électricité, chiffre record depuis sa mise en service en décembre 2000.

jma/mc/bds

CEZ

TOSHIBA

AREVA

(©AFP / 18 janvier 2013 18h40)

News les plus lues