Nucléaire: un sondage montre des divergences d'opinion franco-allemandes


PARIS - Français et Allemands entretiennent des opinions divergentes sur les politiques énergétiques et notamment le recours au nucléaire dans leurs pays, même si elles se rejoignent sur plusieurs points, montre un sondage réalisé de part et d'autre du Rhin et publié jeudi.

Globalement, 76% des Allemands sont satisfaits de la politique énergétique nationale, contre 51% des Français, indique cette enquête de l'institut Harris Interactive, réalisée pour l'Institut Montaigne et la Fondation Genshagen, à l'occasion du 3e Forum de Genshagen pour le dialogue franco-allemand, qui se déroule jeudi et vendredi près de Berlin.

Par ailleurs les Allemands désirent plus de concertation européenne en matière de choix énergétiques que les Français (46% contre 33%), alors à l'inverse, 50% des Français considèrent que ces décisions doivent être prises uniquement au niveau national, contre 39% des Allemands.

Le gouvernement allemand avait annoncé en 2011 après la catastrophe de Fukushima au Japon son intention de sortir du nucléaire de manière unilatérale suscitant des grincements de dents de ses partenaires européens.

Concernant le nucléaire, les deux peuples approuvent l'abandon du nucléaire en Allemange (78% des Allemands pensent que c'est une bonne chose, et 53% des Français). Mais, dans le même temps, les Français soutiennent à 64% le maintien du nucléaire dans l'Hexagone, alors qu'il est rejeté par 77% des Allemands.

Les attitudes sur la transition énergétique (définie comme la baisse du recours aux énergies fossiles au profit des énergies renouvelables) traduisent la plus grande sensibilité à l'environnement outre-rhin: 67% des Français estiment qu'elle ne doit se faire que si elle n'entraîne pas de hausse des prix de l'énergie (contre 47% des Allemands).

A l'inverse, 33% des Allemands estiment qu'il s'agit d'une priorité quelles que soient les conséquences sur les prix, contre 25% des Allemands.

De même, si les deux peuples placent le coût de l'énergie en tête de leurs préoccupations en matière d'énergie, l'environnement arrive derrière pour les Allemands, alors qu'il s'agit de la sûreté des installations de production pour les Français.

L'enquête a été réalisée en septembre et octobre par Harris Interactive auprès d'échantillons représentatifs de 1.000 personnes en France et 1.006 en Allemagne.

(©AFP / 08 novembre 2012 16h20)