OGM: l'agence sanitaire française se prononce lundi sur l'étude controversée


PARIS - L'agence française de sécurité sanitaire (Anses) et le Haut conseil des biotechnologies (HCB) rendront public lundi leur avis respectif sur l'étude controversée du professeur Séralini sur la toxicité d'un maïs OGM sur des rats.

L'Anses rappelle qu'à la suite de la publication de cette étude le 19 septembre, elle a été saisie par les ministres chargés de la Santé, de l'Ecologie, de l'Agriculture et de la Consommation, tout comme le HCB.

Le directeur général de l'Anses, Marc Montureux, présentera lundi après-midi les conclusions des travaux de l'agence concernant l'analyse de l'étude Séralini et, dans un contexte plus large, les conséquences éventuelles à en tirer quant à la réglementation actuelle en matière d'évaluation des OGM et des produits phytosanitaires, a précisé l'agence sanitaire dans un communiqué.

Le Haut conseil des biotechnologies rendra lui son avis dans la matinée de lundi, a indiqué à l'AFP le président de son comité scientifique, Jean-Christophe Pagès.

Gilles-Eric Séralini a déclaré mardi qu'il avait été auditionné par l'Anses et le HCB, dont les avis doivent guider le gouvernement pour établir sa position sur le maïs NK603, autorisé à la commercialisation en Europe et dont l'innocuité est remise en cause par ce chercheur.

L'agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) a estimé de son côté que l'étude du professeur Gilles-Eric Séralini était inadéquate et insuffisante pour remettre en question l'innocuité de ce maïs produit par Monsanto et autorisé dans l'Union européenne depuis 2003.

L'Efsa a demandé des données complémentaires au chercheur, qui a indiqué ne pas vouloir les lui fournir, faute d'avoir accès aux données des tests ayant permis l'autorisation de ce maïs résistant à l'herbicide Roundup.

Gilles-Eric Séralini a indiqué à l'AFP avoir fourni des données complémentaires à l'Anses.

(©AFP / 18 octobre 2012 16h29)

News les plus lues