Pertes civiles en Afghanistan: dernier avertissement de Karzaï aux USA


KABOUL - Le président afghan Hamid Karzaï a qualifié de grave erreur et de meurtre, la mort samedi de 14 civils dans une frappe aérienne américaine, ajoutant lancer un dernier avertissement aux troupes et aux responsables américains sommés de cesser leurs opérations unilatérales.

Quatorze civils afghans, dont une majorité d'enfants, ont été tués samedi, lorsque des hélicoptères venus aider une position de l'Otan attaquée par des insurgés ont tiré des roquettes sur deux maisons dans la province méridionale du Helmand, bastion des insurgés, selon les autorités provinciales.

Il a été dit de façon répétée aux Etats-Unis et à l'Otan que leurs opérations unilatérales et inutiles causaient la mort d'Afghans innocents et que de telles opérations violaient les valeurs humaines et morales, mais il semble qu'ils n'écoutent pas, a déclaré M. Karzaï, selon un communiqué officiel.

Selon le communiqué, au ton inhabituellement virulent, le président a qualifié cet incident de grave erreur et de meurtre d'enfants et de femmes afghans et a indiqué adresser un dernier avertissement aux troupes et responsables américains.

M. Karzaï disant se baser sur de premiers compte-rendus, a mis en cause les troupes américaines dans la mort de ces civils. Les autorités provinciales du Helmand n'avaient évoqué que des hélicoptères de l'Otan sans plus de détails.

La Force de l'Otan en Afghanistan (Isaf) a indiqué à l'AFP être informée de possibles pertes civiles, précisant avoir envoyé une mission d'enquête sur place et assurant que ses conclusions seront rendues publiques.

Les pertes civiles sont un sujet sensible en Afghanistan, où dix ans de présence militaire étrangère alimentent le ressentiment anti-occidental.

M. Karzaï, qui entretient des relations de plus en plus tendues avec ses alliés occidentaux, reproche régulièrement à l'Otan de faire des victimes civiles lors de ses opérations et de les mener sans concertation avec l'armée afghane.

Samedi, il avait demandé à son ministre de la Défense de faire cesser les opérations menées unilatéralement par l'Otan et de transmettre aux forces afghanes le contrôle des raids nocturnes.

Il avait également demandé à ce que l'armée afghane mène ses propres opérations, de manière indépendante.

Un raid de l'Otan, qui avait tué quatre personnes présentées comme des civils par la population, avait déclenché deux jours de violentes manifestations, les 18 et 19 mai à Taloqan (nord-est), faisant 17 morts en deux jours.

(©AFP / 29 mai 2011 15h50)