Plan social chez EON: le Comité central d'entreprise saisit la justice


PARIS - Le Comité central d'entreprise de la Snet, filiale d'EON France a saisi la justice pour contester le plan social prévoyant la suppression de 215 postes dans le cadre d'une réorganisation des activités de production d'électricité à partir du charbon, a-t-on appris vendredi de source syndicale.

Le CCE estime que la direction n'a pas respecté ses obligations dans le cadre de la procédure d'information-consultation liée au plan social et entend faire constater la nullité du plan de sauvegarde de l'emploi présenté par la Snet, selon l'assignation transmise à l'AFP par un responsable syndical de l'entreprise. Une audience est prévue le 19 mars devant le Tribunal de grande instance de Paris.

Les syndicats FO et CGT de la Snet, qui contestent ce plan de réorganisation et craignent plus de 500 suppressions de postes à l'horizon 2015, ont par ailleurs déposé un préavis de grève du 22 février au 22 mars. Selon Jean-Pierre Damm (FO), des mouvements de grève ont déjà touché la centrale de Gardanne (Bouches-du-Rhône) le 20, celle de Lucy à Montceau-les-Mines (Saône et Loire) le 25 et celle d'Emile Huchet (Moselle) le 28, des grèves de courte durée, mais coûteuses pour l'entreprise, selon lui, les tranches des centrales étant mises à l'arrêt.

En septembre, la filiale du numéro un allemand de l'énergie, qui emploie plus de 800 personnes en France avait annoncé son intention de réorganiser les activités de production d'électricité à partir du charbon de sa filiale Snet, un projet engendrant la suppression de 215 postes sur la base d'un plan de départs volontaires. Le plan prévoit la fermeture de la centrale d'Hornaing (Nord) en mars (86 emplois), de celle de Lucy l'année suivante (67 emplois) ainsi que 42 suppressions de postes dans la centrale Emile Huchet et 20 à Gardanne.

E.ON

(©AFP / 01 mars 2013 19h41)

News les plus lues