Pologne/gaz de schiste: sept personnes interpellées pour corruption


VARSOVIE - Sept personnes dont trois fonctionnaires du ministère polonais de l'Environnement ont été interpellées mardi à Varsovie pour corruption présumée dans l'octroi de concessions d'exploration de gaz de schiste, a annoncé l'Agence de la sécurité nationale (ABW).

Les fonctionnaires de l'ABW ont interpellé le 10 janvier à Varsovie, à la demande du parquet, sept personnes dont trois fonctionnaires du ministère de l'Environnement, un employé de l'Institut national de Géologie et trois hommes d'affaires représentant les sociétés qui disposent de concessions d'exploration de gaz de schiste, selon le communiqué.

Deux responsables du ministère ont été mis en examen et risquent entre 6 mois et 8 ans de prison, a indiqué le chef adjoint du parquet de Varsovie Waldemar Tyl, cité par l'agence PAP.

La justice doit se prononcer sur le sort des autres après leurs interrogatoires, a-t-il ajouté.

Le ministère polonais de l'Environnement a délivré au cours des dernières années une centaine de concessions d'exploration, y compris à des géants des hydrocarbures tels que Chevron, Exxon Mobil et ConocoPhillips.

Largement dépendante actuellement des livraisons russes, la Pologne disposerait de réserves gigantesques de gaz de schiste, évaluées par les spécialistes à 5.300 milliards de mètres cubes.

Peu de voix s'élèvent en Pologne contre le gaz de schiste, considéré comme le meilleur moyen d'assurer l'indépendance énergétique par rapport à la Russie. Selon un récent sondage, 73% des Polonais s'y déclarent favorables et seuls 4% y sont opposés.

D'autres pays sont pourtant réticents. La France a banni l'exploitation de ce gaz non conventionnel en raison des dangers pour l'environnement. L'Assemblée nationale française avait adopté en mai dernier une proposition de loi interdisant la technique controversée de fracturation hydraulique pour son exploration et son exploitation.

CHEVRON

EXXONMOBIL

CONOCOPHILLIPS

(©AFP / 10 janvier 2012 17h11)