Prix à la pompe: un autre mécanisme à l'étude, Total limitera la remontée


PARIS - Le gouvernement a confirmé jeudi travailler à un nouveau mécanisme contre la cherté des carburants en relais de son dispositif, qui a permis une baisse de 3 à 6 centimes mais expire à la fin du mois, tandis que Total s'est engagé à ne pas remonter brutalement ses prix à cette échéance.

On est en train d'y travailler en effet. Le gouvernement fera des annonces sur ce sujet, a déclaré jeudi sur LCI la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, sans autre précision.

Elle a simplement rappelé que le gouvernement présentait au Parlement un texte sur la tarification progressive de l'énergie qui est aussi une façon de répondre aux difficultés des ménages les plus précaires.

En vertu du dispositif étatique mis en place fin août pour trois mois, l'Etat a baissé de 3 centimes la taxe sur les carburants, tandis que les pétroliers et distributeurs ont consenti de rogner sur leurs marges (jusqu'à 3 centimes). Du coup, les prix à la pompe ont baissé de 3 à 6 centimes par litre.

Le ministère de l'Economie a fait savoir dimanche qu'il étudiait une aide financière pour les plus bas revenus pour prendre le relais à l'expiration de l'allègement de la taxe, soulignant néanmoins qu'il s'agissait d'une piste parmi d'autres.

Le PDG de Total Christophe de Margerie, interrogé sur France Inter avant la prise de parole de la porte-parole du gouvernement, a indiqué que son groupe allait poursuivre son effort pour lisser la hausse mécanique à la fin du dispositif.

A la question de savoir s'il y aura brutalement et mécaniquement une hausse de 6 centimes par litre fin novembre, M. de Margerie a répondu: non, mais trois centimes sûrement sauf si le gouvernement décide de prendre une autre position d'ici là.

Il a promis que le groupe français ferait en sorte en revanche de ne pas répercuter immédiatement sur les prix la fin de l'effort consenti par les pétroliers et les distributeurs, qui a atteint jusqu'à 3 centimes par litre.

On a un système qui permet d'éviter les chocs, c'est-à-dire de ne pas avoir à augmenter ou à baisser soudainement les prix, a expliqué le PDG de Total. Donc sur la partie correspondant à la marge de Total, vous n'aurez pas d'impact à la pompe, a-t-il promis.

Dans le cadre de ce dispositif, Total a rogné de deux centimes sa marge sur son réseau classique et de trois centimes sur son réseau autoroutes.

Ces montants doivent effectivement être remis sur le marché mais sous une forme qui ne se verra pas, a insisté M. de Margerie, rappelant qu'aujourd'hui par rapport à fin août, les prix à la pompe ont baissé sur le super d'à peu près 15 centimes, et sur le gasoil de 10 centimes. Ça, c'est factuel.

Là-dessus, bien évidemment, une bonne partie est arrivée fin août, à partir des décisions prises par le gouvernement, a reconnu le responsable.

Bercy avait indiqué de longue date que ce dispositif d'août serait suivi de mesures pérennes qui n'ont pas encore été annoncées.

TOTAL

(©AFP / 22 novembre 2012 15h31)

News les plus lues