Radiofréquences et cancer: Robin des Toits veut des campagnes d'information


PARIS - L'ONG Robin des Toits a réclamé mardi des campagnes d'information sur les risques des radiofréquences de la téléphonie mobile, un mois après le classement par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) de cette technologie dans la catégorie cancérogène possible.

Ce contexte radicalement nouveau oblige les pouvoirs publics à une nouvelle attitude vis-à-vis des technologies utilisant les radiofréquences, souligne l'ONG dans une lettre adressée mardi à la ministre de l'Ecologie dont l'AFP a obtenu copie.

Parmi la demi-douzaine de mesures réclamées, l'ONG souhaite notamment que le site internet santé-radiofréquence, financé pour moitié par l'Etat et pour moitié par l'industrie des télécommunications, modifie son message concluant à l'absence de preuve d'effets délétères sur la santé en tenant compte des dernières informations de l'OMS.

De même, l'ONG demande une campagne d'information ciblée en direction des jeunes et des femmes enceintes déconseillant l'usage des téléphones mobiles par les moins de 14 ans.

Aux industriels, Robin des Toits demande l'installation sur les box wifi d'un interrupteur externe qui permette d'éviter qu'elle émette des radiofréquences en permanence chez les particuliers essentiellement.

Dans les établissements scolaires, l'ONG préconise l'éviction du wifi au profit de connexions internet filaires.

Aucune de ces mesures ne nécessite un texte législatif, ajoute l'ONG qui souligne que la première mesure, la modification du message véhiculé par les pouvoir publics, peut être faite immédiatement.

Il est illusoire d'attendre, comme cela a été fait jusqu'à présent, de la profession qu'elle propose ou prenne elle-même les mesures adéquates (...) la protection de la population est un devoir des pouvoirs publics qu'ils ne peuvent sous-traiter, relève l'ONG.

(©AFP / 28 juin 2011 11h55)