Réchauffement climatique: la parabole du dendroctone du pin


PARIS - Il était une fois le dendroctone du pin ponderosa, un coléoptère brunâtre pas plus gros qu'un grain de riz qui ravageait les forêts de l'ouest canadien. Tant et si bien qu'il finit par y augmenter la température d'un degré tout l'été.

Ironie du sort, si l'insecte prospère à ce point, c'est surtout grâce au réchauffement climatique, indique à l'AFP Holly Maness, physicienne à l'origine d'une étude contant cette histoire tristement réelle.

Depuis une dizaine d'années, les attaques du dendroctone (Dendroctonus ponderosae) ont touché près de 20% de la surface de la province canadienne de Colombie britannique, soit quelque 170.000 km2. Des infestations similaires emportent aussi de vastes étendues boisées dans l'ouest des Etats-Unis.

Les arbres colonisés par la larve du coléoptère, qui niche sous l'écorce et en dévore la partie interne grâce à un champignon xylophage qu'elle transporte avec elle, périclitent et finissent souvent par mourir.

Lorsque ces arbres meurent, le processus d'évapotranspiration qui leur permet de se rafraîchir cesse avec eux, et la forêt perd du même coup son climatiseur naturel.

Les rayonnements solaires qui se dissipaient initialement en faisant s'évaporer l'eau rejetée par les arbres chauffent à présent la surface et font monter la température au niveau local, explique Mme Maness, chercheuse à l'Université de Toronto et à l'Université américaine de Californie à Berkeley.

Réactions en chaîne

Dans l'étude publiée dimanche par la revue Nature Geoscience, la physicienne et son équipe montrent que la mortalité associée à l'infestation de dendroctone en Colombie britannique a un impact tel sur la transpiration des arbres qu'elle fait augmenter la température estivale de 1°C en moyenne sur l'ensemble des zones touchées.

Un réchauffement certes local, mais qui pourrait suffire à entraîner d'autres changements climatiques dans la région, comme la circulation des masses d'air, la couverture nuageuse et les précipitations, relève l'étude.

L'infestation actuelle de dendroctone est une parabole. Elle illustre à quel point le délicat équilibre climatique peut être facilement bouleversé, relève Holly Maness.

Les effets du changement climatique font boule de neige (...) Malheureusement, il est beaucoup plus facile d'expliquer ces réactions en chaîne après coup. Personne n'avait prédit qu'une armée de coléoptères détruirait l'industrie forestière de Colombie britannique et modifierait le climat par la même occasion, poursuit-elle.

Faire des prédictions fiables sur les infestations futures et sur leur impact climatique sera très difficile, sinon impossible, prévient la chercheuse.

Si l'on veut éviter que l'histoire ne se termine trop mal, il faut donc garder ces incertitudes en tête et réduire au strict minimum les perturbations des activités humaines sur le climat, insiste-t-elle.

(©AFP / 25 novembre 2012 19h00)

News les plus lues