Site de stockage des déchets nucléaires à Bure: deux débats publics reportés


NANCY - Les deux prochaines réunions publiques concernant le futur site de stockage de déchets radioactifs de Bure (Meuse) sont reportées à une date non précisée, ont indiqué mardi leurs organisateurs, une semaine après une première réunion que les opposants au projet avaient fait tourner au fiasco.

Les réunions publiques prévues à l'origine à Saint-Dizier et Joinville (Haute-Marne), respectivement les 30 mai et 6 juin, sont différées, a indiqué dans un communiqué la Commission nationale du débat public (CNDP), sans préciser si les 11 autres débats publics prévus entre mi-juin et mi-octobre étaient maintenus.

La CNDP annonce par ailleurs qu'elle organisera dans les meilleurs délais une table ronde avec tous les acteurs concernés par le projet, dont les élus et les associations.

Jeudi, une première réunion devait se tenir à Bure, à deux kilomètres du laboratoire souterrain où se préfigure le futur Centre de stockage profond réversible des déchets radioactifs (Cigéo).

Mais, dès l'ouverture du débat, des dizaines de militants hostiles ont interpellé le président de la Commission particulière du débat public (CDDP), Claude Bernet, qui n'a pas pu s'exprimer plus de deux minutes.

La réunion a finalement été annulée au bout d'un quart d'heure dans une grande confusion, sous les slogans hostiles et les fumigènes des opposants.

Le lendemain, la ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Delphine Batho, avait rappelé que le débat devait avoir lieu en 2013, conformément à l'obligation d'organiser un débat public sur les grands projets ayant un impact sur l'environnement et l'aménagement du territoire.

Lancé début mai sur internet, le débat concernant le Cigéo de Bure se poursuivra sur internet et les réseaux sociaux, ainsi que par des formes complémentaires de participation du public permettant notamment aux citoyens directement concernés de s'exprimer, a indiqué mardi la CDDP, sans donner davantage de précisions.

Le site de Bure, qui accueille déjà un laboratoire test à 500 mètres sous terre, devrait accueillir le futur Centre de stockage qui doit voir le jour en 2025.

Le Cigéo sera le seul site de ce type dans l'Hexagone et stockera 100.000 m3 de déchets radioactifs français de très longue durée à haute et moyenne activité.

Le projet doit encore recevoir le feu vert de l'Autorité de sûreté nucléaire.

Le débat public, préalable à la demande d'autorisation, doit durer quatre mois.

(©AFP / 28 mai 2013 20h06)