Snap à Varsovie pour sensibiliser aux crimes de pédophilie des prêtres


VARSOVIE - Des membres de l'Association américaine de soutien aux victimes d'abus sexuels Snap ont manifesté dimanche devant une église à Varsovie pour sensibiliser les Polonais aux crimes de pédophilie dans leur pays à majorité catholique, a rapporté une journaliste de l'AFP.

Il serait naïf de penser qu'il n'y a pas de victimes de crimes d'abus sexuels sur les enfants commis par les prêtres polonais, a déclaré à l'AFP Barbara Blaine, présidente du Réseau des victimes d'abus sexuels par des prêtres (Survivors Network of those Abused by Priests - Snap).

Partout où il y a des prêtres catholiques, il y a des victimes. Forcément il doit y avoir en Pologne des enfants victimes d'abus sexuels et de viols. Nous sommes ici pour aider les victimes et protéger les enfants, a-t-elle déclaré.

Snap a déposé mardi un dossier pour crimes contre l'humanité devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, contre les plus hauts responsables du Vatican, dont le pape Benoît XVI.

Dans notre requête, nous avons accusé le pape Benoît XVI, le cardinal américain William Levada, le secrétaire d'Etat du Vatican, l'Italien Tarcisio Bertone, et son prédécesseur Angelo Sodano, d'avoir toléré et rendu possible le camouflage systématique de crimes sexuels contre des enfants, a indiqué Mme Blaine.

Réunis devant l'église Sainte-Croix à Varsovie, cinq représentants de Snap ont brandi des pancartes clamant: La pédophilie dans l'Eglise. Nous exigeons la vérité et distribué des tracts suscitant souvent l'indifférence, mais parfois une réaction des passants.

C'est un mensonge d'accuser les prêtres polonais. Allez aux Etats-Unis ou en Angleterre pour protester!, s'est indignée Alicja Krawczyk, qui venait tout juste de sortir d'une messe.

Il n'y pas de prêtres pédophiles en Pologne et les Polonais ne sont pas contre l'Eglise, s'est-elle écriée.

Selon Mme Blaine, la société en Pologne est au point de départ d'un long chemin, les réactions des gens ici sont les mêmes qu'il y a vingt ans aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. Les gens ont honte et peur d'en parler.

A l'époque du pontificat de Jean Paul II ces affaires étaient dissimulées. Espérons que sous le pape allemand il sera possible de les mettre au grand jour, a estimé Andrzej Wendrychowicz, un de deux Polonais qui se sont joints à la manifestation de Snap.

Dans le cadre d'une tournée d'information qui les a déjà conduits à Bruxelles, Berlin, Paris et Vienne, les représentants de Snap se rendront à Madrid lundi et à Rome mardi pour manifester devant le Vatican.

Malgré quelques cas de pédophilie de prêtres identifiés au cours des dernières années en Pologne, aucun n'a provoqué de vrai scandale.

Snap espère que des victimes polonaises viendront vers lui pour parler de leur expérience.

Barbara Blaine a indiqué avoir déjà été contactée par plusieurs personnes en Pologne depuis son passage dans ce pays en août.

Plus de 90% des Polonais se déclarent catholiques. L'Eglise catholique a été considérée comme un rempart et un refuge au temps du régime communiste, jusqu'en 1989, et continue à exercer un impact sur la vie sociale et politique du pays.

(©AFP / 18 septembre 2011 13h33)