Solaire: la Chine ouvre une enquête sur les importations venues de l'UE


PEKIN - La Chine a ouvert jeudi une enquête pour déterminer si les produits de la filière solaire qu'elle achète à l'Union européenne bénéficient de subventions indues ou sont vendus à perte, un geste qui avive encore les tensions commerciales dans ce secteur.

La décision chinoise fait suite à l'ouverture début septembre d'une enquête anti-dumping par Bruxelles sur les panneaux solaires et cellules photovoltaïques en provenance de Chine, à la demande de EU ProSun, un groupement d'industriels européens de la filière.

Elle s'incrit aussi dans une longue série de différends commerciaux entre la Chine et ses principaux partenaires, portant également sur les voitures, les terres rares essentielles dans les hautes technologies ou encore la sidérurgie.

L'enquête chinoise devra déterminer si les entreprises européennes ont vendu du polysilicium, un matériau indispensable à la fabrication des cellules photovoltaïques, à des prix artificiellement bas sur le marché chinois, selon un communiqué du ministère du Commerce.

Les subventions européennes à la filière solaire feront aussi l'objet d'une enquête, selon le ministère, qui veut évaluer d'éventuels préjudices aux sociétés chinoises afin de parvenir à une décision de justice équitable, en accord avec la loi.

Les investigations font suite à des plaintes de fabricants chinois de polysilicium, et portent notamment sur des subventions accordées par le gouvernement allemand pour investir dans les nouveaux Länder ainsi que sur des prêts préférentiels distribués par la Banque européenne d'investissement, selon un communiqué séparé du ministère.

Les compagnies européennes qui pourraient être affectées par d'éventuelles mesures de rétorsion chinoise ont vingt jours pour dresser la liste des produits qu'elles ont vendus en Chine entre le 1er juillet 2011 et le 30 juin de cette année, d'après ce document.

Le ministère chinois veut mener à bien cette enquête d'ici un an, ou au maximum un an et demi en cas de circonstances inhabituelles.

Pékin avait estimé en septembre que d'éventuelles barrières imposées aux fabricants chinois à la suite de l'enquête européenne, qui doit durer 15 mois, nuiraient aux deux parties ainsi qu'au développement des énergies propres.

La Chine a par ailleurs manifesté en octobre son vif mécontentement après la publication d'un rapport d'enquête américain ouvrant la voie à des mesures anti-dumping contre ses produits photovoltaïques.

Le 20 juillet, le gouvernement chinois avait lancé sa propre enquête anti-subvention et anti-dumping contre les fabricants américains de polysilicium.

Les fabricants chinois de panneaux solaires, qui occupent une position dominante dans le secteur au niveau mondial, sont aujourd'hui confrontés à de graves problèmes de surcapacités, notamment à cause de difficultés sur les marchés européen et américain.

(©AFP / 01 novembre 2012 10h10)

News les plus lues