Tarifs progressifs de l'énergie: la CGT réclame une concertation


PARIS - La CGT a réclamé vendredi une concertation sur les tarifs progressifs de l'énergie, après le rejet au Sénat en début de semaine d'un texte sur ce point, suite à une fronde des communistes.

La lutte contre la précarité énergétique mérite une concertation de qualité, écrit la centrale dans un communiqué.

Le syndicat considère que le gouvernement doit engager une concertation avec les associations (dont celles de consommateurs) et les organisations syndicales afin d'élaborer une législation qui articule l'effectivité de l'accès de tous à l'énergie et à l'eau avec la nécessaire préservation des ressources naturelles.

La CGT dit partager la préoccupation gouvernementale d'alléger les factures énergétiques pour les ménages modestes et l'objectif d'économiser l'énergie. Mais elle se dit inquiète des effets pervers de dispositifs, qui, en l'état, peuvent conduire à des prélèvements supplémentaires sur la consommation de gaz et d'électricité ainsi qu'à la remise en cause d'une tarification nationale.

La fédération Mines et Energie de la CGT s'était déjà félicitée mercredi du rejet du texte sur l'énergie par le Sénat, à la suite d'un vote défavorable des élus communistes, centristes et de l'UMP.

Le texte PS portait sur la tarification progressive de l'énergie et l'extension des tarifs sociaux de l'énergie.

Le tarif progressif consiste à facturer la consommation de gaz, d'électricité et de chaleur (quels que soient le fournisseur et le type d'offre souscrite) selon un système de bonus/malus.

(©AFP / 02 novembre 2012 16h39)