Total adapte sa pétrochimie américaine à l'afflux de gaz de schiste


PARIS - Total a adapté son site pétrochimique américain de Port Arthur (Texas) pour lui permettre de traiter davantage d'éthane issu des gaz de schiste à la place de naphta provenant du pétrole, a annoncé jeudi le groupe pétrolier français.

Le vapocraqueur de l'usine BTP de Port Arthur, exploitée en partenariat avec l'allemand BASF, peut depuis début avril produire plus de 40% de son éthylène à partir d'éthane contenu en masse dans les gaz de schiste, indique Total dans un communiqué.

L'installation, une des plus grandes du monde avec une capacité de production d'1 million de tonnes par an, peut également fournir une part supplémentaire de 40% à partir de butane et de propane, des gaz de pétrole liquéfiés (GPL) également abondants sur le marché américain.

Le gaz de schiste est devenu extrêmement compétitif pour les pétrochimistes outre-Atlantique: l'éthane coûte ainsi 30 dollars le baril équivalent pétrole, alors que le naphta tourne autour de 100 dollars.

Le produit, l'éthylène, est un des grands composants de l'industrie chimique, qui le transforme notamment ensuite en plastique.

Total indique que BTP a lancé la construction d'un dixième four sur éthane, qui permettra d'augmenter la capacité de production de son vapocraqueur de 15%.

Mais, compte tenu de l'impact de cette révolution des gaz de schiste sur la pétrochimie mondiale, le patron du raffinage-pétrochimie Patrick Pouyanné précise que Total étudie également un projet de nouveau vapocraqueur sur éthane qui serait couplé au premier.

Avec les bas prix des matières premières dont elle bénéficie grâce à l'afflux des gaz de schiste, la pétrochimie américaine connaît une renaissance avec d'importants investissements. Au point que la pétrochimie européenne, dont les coûts du travail sont déjà élevés, risque d'être rapidement décrochée, avertissent des industriels du secteur.

TOTAL

BASF

(©AFP / 23 mai 2013 19h03)