Total suit de près la situation en Argentine, après l'expropriation d'YPF


PARIS - Total, deuxième producteur de gaz en Argentine, suit avec attention la situation dans le pays, après la décision du gouvernement argentin d'exproprier en partie le groupe espagnol Repsol de sa filiale YPF, a-t-on appris mardi auprès du géant pétrolier français.

Nous suivons la situation avec attention et nous voulons rester un important contributeur à la production de gaz en Argentine, a déclaré à l'AFP un porte-parole de Total, sans autre commentaire.

Total est présent en Argentine depuis 1978 et opère 30% de la production gazière du pays.

Sa production y augmente régulièrement depuis plusieurs années : elle s'est élevée à 86.000 barils équivalent pétrole (bep) par jour l'an dernier, ce qui représente environ 3,5% de sa production mondiale d'hydrocarbures, contre 83.000 en 2010 et 80.000 en 2009.

Selon son dernier document de référence, le groupe français est l'opérateur de six gisements d'hydrocarbures dans le pays, avec des participations comprises entre 24,7% et 37,5%, et dispose d'une part de 2,51% dans un septième champ. De plus il y investit dans l'exploration des gaz de schiste.

La présidente argentine Cristina Kirchner, ignorant les avertissements de Madrid, a décidé lundi d'exproprier partiellement la compagnie pétrolière YPF, contrôlée par Repsol à 57,4%, dont l'Etat argentin et les provinces détiendront désormais 51%. Cette décision a ouvert une crise sans précédent entre l'Espagne et l'Argentine, deux pays traditionnellement amis.

TOTAL

REPSOL-YPF

(©AFP / 17 avril 2012 20h24)