Trois mois avec sursis contre deux faucheurs volontaires à Tours


TOURS - Deux faucheurs volontaires, qui avaient détruit des parcelles de tournesols génétiquement modifiés lors d'une action très médiatique en juillet 2010 en Indre-et-Loire, ont été condamnés lundi à des peines de 3 mois prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Tours.

Les prévenus, qui répondaient de destruction du bien d'autrui,devront en outre verser au total 5.500 euros de dommages et intérêts aux deux agriculteurs touchés. Un troisième prévenu, un agriculteur retraité, a été relaxé.

En juillet 2010, 119 faucheurs volontaires avaient détruit deux parcelles expérimentales de tournesols à Saint-Branchs et Sorigny, en Indre-et-Loire. Lors de l'audience, en novembre 2012, 74 d'entre eux avaient revendiqué l'action mais n'avaient pas été poursuivis. En revanche, trois témoins qui avaient refusé de parler lors du procès ont été condamnés à 350 euros d'amende chacun.

Les faucheurs voulaient dénoncer la plantation de tournesols aux semences obtenues par mutagenèse (mutation due à l'action d'agents physiques ou chimiques), des OGM cachés selon eux.

Agnès Renauldon, porte-parole du Collectif des faucheurs volontaires, s'est déclarée lundi déçue par ce jugement qui sanctionne un acte de fauchage légitime selon elle. Les avocats des deux condamnés n'ont pas exclu de faire appel. Les peines prononcées correspondent aux réquisitions du parquet.

Selon Mme Renauldon, les plantes issues de mutagenèses ne sont pas soumises à une obligation de traçabilité et d'information et supportent des doses de pesticides importantes qui vont se retrouver dans l'alimentation de demain.

Le Collectif des faucheurs volontaires a indiqué envisager d'autres actions pour sensibiliser la population, en rappelant que le fauchage demeurait l'acte ultime dans leur combat contre les OGM.

(©AFP / 25 mars 2013 16h50)

News les plus lues