Un détracteur des gaz de schiste se distancie des manifestations de samedi


TOULOUSE - Un ardent détracteur des gaz et pétrole de schiste, le député PS Philippe Martin, a pris mercredi ses distances avec les manifestations annoncées pour samedi dans sa région et ailleurs.

Les opposants aux gaz et pétrole de schiste, pas convaincus par le rejet de sept demandes d'exploration d'hydrocarbures annoncé la semaine passée par le président François Hollande, ont prévu des actions samedi à Paris, en Seine-et-Marne, dans le Gard et en Tarn-et-Garonne, à Beaumont-de-Lomagne, dans le cadre d'une journée internationale contre la fracturation hydraulique.

Je ne serai pas à Beaumont-de-Lomagne, a déclaré à l'AFP Philippe Martin, député et président du conseil général du Gers, département voisin du Tarn-et-Garonne. J'estime que François Hollande nous a apporté les réponses qu'on attendait, a-t-il expliqué.

M. Martin, corapporteur d'une mission parlementaire sur le sujet, a souligné que M. Hollande avait annoncé le rejet de sept demandes de permis d'exploration, dont ceux de Beaumont-de-Lomagne et de Cahors, qui couvraient une grande partie du Sud-Ouest et de Midi-Pyrénées.

Je veux bien qu'on continue à avoir des mobilisations, mais (...) la réponse apportée par François Hollande est claire et nette et, moi, elle me satisfait parce qu'elle permet de mettre fin à ce dossier. A nous à présent de réformer le code minier pour qu'on traduise dans (ce) code ce qu'a voulu le chef d'Etat, a-t-il ajouté.

Les collectifs de plusieurs départements qui appellent à se mobiliser samedi à Beaumont-de-Lomagne objectent, eux, que rien n'est terminé. Quatre-vingt demandes de permis ou permis attribués subsistent encore pour la recherche d'hydrocarbures, conventionnels ou non, et un certain nombre concerne le Sud-Ouest, ont-ils dit.

(©AFP / 19 septembre 2012 19h16)