Un psychiatre belge reconnaît des relations sexuelles avec des patientes


BRUXELLES - Un psychiatre de renommée internationale a provoqué un tollé en Belgique en reconnaissant avoir entretenu des relations sexuelles inappropriées avec des patientes, ce qui a conduit le parquet à ouvrir une information judiciaire et la ministre de la Santé à porter plainte.

Walter Vandereycken, un professeur de 63 ans de l'université catholique flamande de Louvain (KUL), a fait ces révélations chocs mardi soir dans l'un des programmes phares de la télévision publique néerlandophone VRT.

Cela a commencé il y a 20 ans lorsque je suis tombé amoureux d'une patiente dans une clinique privée. J'ai arrêté sa thérapie et j'ai eu une courte relation avec elle. Cela s'est répété et je suis encore tombé amoureux d'autres patientes, a expliqué le psychiatre et sexologue.

Le médecin a estimé qu'il était allé trop loin, mais assure qu'il n'a jamais violé personne et que ces femmes étaient d'accord, tout en soulignant que dans la situation où elles se trouvaient, la question de leur libre consentement se posait.

La ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, a indiqué avoir pris connaissance avec effroi des aveux du psychiatre.

L'entretien de relations sexuelles avec des patients est une infraction à toutes les règles de déontologie. En outre, dans ce cas précis, il est clairement question d'abus dans des relations de pouvoir entre le prestataire de soins et son patient, a estimé Mme Onkelinx dans un communiqué.

La ministre condamne avec force ce genre de pratiques et a déposé plainte au parquet et à la Commission médicale provinciale, qui supervise les pratiques médicales et peut retirer les agréments des médecins. Laurette Onkelinx a en outre demandé à l'Ordre des Médecins d'engager des poursuites à l'égard du psychiatre pour faute déontologique.

Le parquet de Louvain avait déjà annoncé mercredi matin l'ouverture d'une information judiciaire sur la base des informations relayées dans les médias.

Mercredi, la presse flamande titrait sur les abus commis par le psychiatre, et la clinique psychiatrique de Tirlemont (centre) qui l'employait l'a licencié. Le recteur de la KUL, Mark Waer, l'a suspendu préventivement et lancé une procédure disciplinaire.

Les faits sont horribles et je me demande comment cela n'a pas été connu plus tôt et comment une personne avec une telle réputation internationale a pu faire cela, a déclaré M. Waer. Selon la presse flamande, les agissements du médecin étaient connu de longue date dans son milieu professionnel, mais la loi du silence a prévalu.

J'ai un sentiment de déjà vu, a ajouté le recteur de l'université de Louvain, en référence au cas de l'ancien évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, qui a avoué en 2010 avoir abusé sexuellement de deux de ses neveux dans les années 1980, déclenchant un scandale sans précédent en Belgique et libérant la parole de centaines de victimes présumées de prêtres pédophiles.

Bien que le cas du Dr Vandereycken concerne des adultes, Mark Waer estime qu'une fois encore, il est question d'un personnage public qui abuse de sa position dominante.

(©AFP / 10 octobre 2012 14h49)