Venezuela : une dernière marche pour accompagner la dépouille de Chavez


CARACAS - La dépouille du président défunt Hugo Chavez a quitté vendredi, sous les yeux de milliers de Vénézuéliens vêtus de rouge, la chapelle ardente où elle était exposée depuis le 6 mars pour une dernière procession vers une caserne transformée en musée.

Après neuf jours et neuf nuits au cours desquels des centaines de milliers de personnes ont défilé à l'Académie militaire de Caracas pour rendre hommage au Comandante, mort d'un cancer le 5 mars après 14 années passées à la tête du Venezuela, une dernière marée rouge a été convoquée par les autorités pour l'accompagner.

La procession, qui doit effectuer un périple de plusieurs kilomères à travers la capitale, s'est mise en marche après une brève cérémonie de prières, quelques discours de proches et de dignitaires et des honneurs militaires. Le président par intérim Nicolas Maduro, le président bolivien Evo Morales et le président de l'Assemblée nationale vénézuélienne Diosdado Cabello, le numéro deux dans la hiérarchie actuelle du pouvoir, ouvraient le cortège, a constaté un journaliste de l'AFP.

Dès l'aube, des milliers de personnes portant des tee-shirts à l'effigie de l'ex-président ou munis de drapeaux vénézuéliens, s'étaient pressées à plusieurs points de passage de la procession.

Je suis venu parce que c'est notre président. Le meilleur hommage que nous puissions lui rendre est de continuer à nous battre pour notre révolution et être joyeux au lieu d'être tristes, a raconté à l'AFP Judith Santana, une avocate de 51 ans rencontrée sur le Paseo de los Proceres (Passage des illustres), une célèbre avenue de Caracas.

Sise sur un promontoire dans un bastion chaviste de l'ouest de la capitale, le quartier du 23 de Enero (23 janvier), la Caserne de la montagne avait été le QG d'Hugo Chavez lorsqu'il avait échoué dans sa tentative de renverser le président Carlos Andres Perez par les armes en 1992. Transformé en musée militaire, ce bâtiment de style colonial rouge et ocre doit abriter son corps embaumé jusqu'à ce qu'une décision soit prise sur son éventuel transfert au Panthéon national.

Le gouvernement avait fait part de son souhait de voir sa dépouille installée aux côtés du héros national, le libérateur Simon Bolivar. Mais il a depuis révélé qu'il serait difficile d'embaumer le corps du président, faute des indispensables préparatifs, et a reporté mardi le dépôt à l'Assemblée nationale d'un amendement constitutionnel pour le transfert du défunt auprès de son illustre prédécesseur.

Une élection présidentielle a été convoquée pour le 14 avril après le décès d'Hugo Chavez. Le scrutin devrait se résumer à un duel entre le M. Maduro, l'héritier politique du Comandante, et le gouverneur de l'Etat de Miranda et chef de file de l'opposition, Henrique Capriles.

(©AFP / 15 mars 2013 19h14)