Vers une 5è nuit au froid pour deux alpinistes bloqués sur le Mont Blanc


GRENOBLE (France) - Un guide et sa cliente s'apprêtent à passer une cinquième nuit dans un froid glacial, à 4.000 m d'altitude, sur les Grandes Jorasses, dans le massif du Mont Blanc, a indiqué dimanche la gendarmerie française.

Lundi, les gendarmes procèderont à une nouvelle tentative de sauvetage lundi à l'aube.

Un hélicoptère devrait ainsi décoller de la gendarmerie de haute montagne de Chamonix, a indiqué à l'AFP le lieutenant de gendarmerie Emmanuel Vegas.

Dimanche, à quatre reprises, des hélicoptères italiens et français ont tenté d'aller récupérer les deux alpinistes, le guide de haute montagne français Olivier Sourzac, 47 ans, et sa cliente Charlotte Demetz, une Parisienne alpiniste expérimentée de 44 ans.

Mais des conditions météorologiques himalayennes ont bloqué les appareils, selon le secours alpin italien qui a précisé que ces appareils ne transportaient que le pilote et un guide pour être les plus légers possibles.

Les deux alpinistes se trouvent à 4.050 mètres. Impossible de les atteindre à cause de la neige et des rafales de vent qui soufflent en descente sur le versant sud au risque sinon de mettre en danger la vie des sauveteurs, a expliqué Oscar Taiola, responsable du secours alpin de Courmayeur.

Côté français, l'hélicoptère du Peloton de gendarmerie de haute montagne de Chamonix (PGHM) a procédé à une reconnaissance dimanche vers 17H00, mais a dû faire demi-tour en raison du brouillard.

Le guide et sa cliente sont bloqués depuis mercredi soir à 4.050 mètres d'altitude, près de la pointe Walker, le sommet des Grandes Jorasses. Les contacts téléphoniques avec eux se sont interrompus vendredi après-midi, le téléphone de M. Sourzac n'ayant plus de batterie.

Dans les dernières conversations, le guide a indiqué avoir réussi à creuser un trou dans la neige sous une corniche de glace. Il s'apprête avec sa cliente à passer cette nouvelle nuit dans des tempêtes de neige et par moins 25 degrés.

Une équipe de huit guides partis de Chamonix et dont fait partie le frère de M. Sourzac, Bruno, a cherché à rejoindre à pied les deux alpinistes bloqués. Mais à cause des conditions météorologiques difficiles, ils ont dû quitter le refuge de Boccalatte (2.804 mètres) et redescendre dans la vallée, ont indiqué les sauveteurs italiens dimanche.

Selon les spécialistes, il est impossible d'escalader le massif pour rejoindre le guide et sa cliente en raison d'un danger d'avalanches suite à de très récentes chutes d'une neige très humide.

Côté français, il faut deux jours à des alpinistes très expérimentés pour atteindre le sommet des Grandes Jorasses par sa face nord, une paroi verticale de 1.200 mètres de dénivelée, constituée de glace et de neige, a précisé le PGHM de Chamonix.

(©AFP / 06 novembre 2011 22h20)