Zambie: le Parlement lève l'immunité de l'ex-président Banda


LUSAKA - Le Parlement zambien a voté une motion vendredi levant l'immunité de l'ancien président Rupiah Banda, au terme d'une séance houleuse, a constaté un journaliste de l'AFP.

Par 80 voix contre trois, le Parlement a voté la levée de l'immunité de l'ancien président, âgé de 76 ans, qui avait saisi la justice jeudi soir pour empêcher le vote in extremis, expliquant qu'il n'avait pas pu plaider sa cause.

Il avait refusé de se présenter devant une commission anti-corruption en février, en mettant en avant son immunité.

Devant le Parlement vendredi, le ministre de la Justice Wynter Kabimba a accusé M. Banda d'être impliqué dans une affaire de corruption concernant l'approvisionnement en pétrole brut auprès d'une compagnie nigériane.

Il est aussi soupçonné de détournement de fonds publics pendant la campagne électorale.

M. Banda a personnellement détourné d'importantes sommes d'argent et ses activités constituent des actes de blanchiment d'argent (...). Les enquêtes sont terminées et l'équipe juridique constituée, a déclaré le ministre de la Justice devant les parlementaires.

M. Banda, qui se plaint d'être persécuté par son successeur Michael Sata - vainqueur des élections de 2011 et que l'opposition accuse depuis de dérive autoritaire - avait saisi en vain la Haute Cour du pays jeudi soir afin de bloquer le débat au Parlement.

La campagne contre la corruption lancée par le président Sata a été dénoncée par l'opposition comme une chasse aux sorcières.

Ces derniers mois, de nombreuses personnalités d'opposition ont été arrêtées pour diverses infractions, notamment dans le cadre de cette campagne anti-corruption.

Le prédécesseur du président Banda, Fredrick Chiluba, décédé en 2011 et qui avait gouverné ce pays grand producteur de cuivre de 1991 à 2001, avait vu son immunité levée.

Accusé de corruption, M. Chiluba avait été finalement relaxé en août 2009 après cinq ans de procès. Parallèlement, en 2007, un tribunal londonien avait jugé l'ancien chef d'Etat et deux hommes d'affaires coupables de malversation pour un montant de près de 50 millions de dollars.

(©AFP / 15 mars 2013 19h44)

News les plus lues